Bilinguisme, intégration et réussite scolaire

Juin 21, 2017Cognition et Apprentissages, Parcours scolaire, Parentalité et Education

« L’intégration des nouveaux arrivants : quelle mission pour l’École ? »

Gilbert Dalgalian, linguiste, ex-expert de l’Unesco en technologies éducatives, ancien directeur pédagogique de l’Alliance française de Paris

(Edulscol – Université d’automne 2004)

Le bilinguisme ne se limite pas à l’anglais, l’allemand ou l’espagnol. Toutes les langues sont concernées : le portugais, l’arabe, le tamoul, le chinois, le roumain…

Dans cet article issu de l’Université d’Automne de l’Education Nationale de 2004, Robert Dalgalian précise que cette question ne peut avoir de sens que par rapport à une éducation volontairement bilingue de la part de la famille ou de de l’institution scolaire, dans une intégration respectueuse de tous les apports linguistiques et culturels.

Extraits : « Chez l’enfant, les allers-retours entre la langue d’origine et la langue d’accueil s’effectuent de façon intuitive. Je préconiserais, parallèlement à l’apprentissage du français, la consolidation simultanée de la langue maternelle : on ne construit rien sur la perte, sinon de la nostalgie ou de la frustration. »

L’article pose la question de l’existence d’un lien entre le niveau des compétences linguistiques et l’échec scolaire. Et si oui, lequel.

Extrait : « La qualité d’un apprentissage dépend de son intensité et de sa régularité, ce qui nécessite un environnement favorable. Les motivations ne sont pas purement linguistiques. Pour cela, il faut des modèles ou des incitations, du milieu familial, social, de l’environnement scolaire.

Pour le français, les modèles sont partout. À l’inverse, la maîtrise de la langue d’origine suppose un niveau de pratique maintenu par la famille et des parents qui valorisent également la langue première et la langue d’accueil. Mais les langues sont hiérarchisées dans la représentation idéologique dominante : dans notre société, le statut de l’arabe ou du portugais n’a pas la même signification que l’anglais ou l’allemand. Il y a des schémas préconçus… »